Marwa Ben Hassine est diplômée en gestion, sans emploi. C’est dans le cadre d’une formation organisée par l’association IESS, partenaire de CEFA (opérateur local de suivi du Projet pilote à Mahdia), que son idée de création d’une micro-entreprise de transformation des produits de la mer à germé. Elle démarre rapidement son projet, avec de faibles ressources, mais apprend vite. La qualité des petites quantités qu’elle produit et son enthousiasme à toute épreuve lui font gagner la confiance de premiers clients.
Le soutien du Projet pilote, au titre de l’appui à la communauté de réinsertion des migrants, accordé en avril 2018, contribuera a pérenniser sa démarche, à travers l’achat d’un équipement de production et des matières premières, un accompagnement et sa mise en relation avec les partenaires institutionnels en lien avec son activité.

Marwa Ben Hassine
Marwa Ben Hassine, lors du Comité de sélection du Projet pilote. Avril 2018. Mahdia.

Votre activité a démarré il y a moins d’un an, où en êtes-vous actuellement ?

Cela a pris du temps, mais ça y est, grâce au déblocage des fonds de la subvention du projet pilote, je viens de louer un local et passerai à l’achat d’un équipement qui me permettra d’accroître la production. Je continue de prospecter les restaurants, les commerces et les particuliers. Même si je compte quelques petits clients réguliers, je ne peux pas encore recruter du personnel et je m’appuie sur mon frère pour assurer les commandes. Mais, j’espère rapidement embaucher deux personnes.

Rencontrez-vous des difficultés dans la création de votre micro-entreprise ?

Oui, tous les jours. Je dois répondre à des cahiers des charges lourds pour obtenir des agréments, j’ai des difficultés à obtenir un crédit bancaire, malgré mon plan d’affaires et la subvention du projet pilote… Malgré tout, j’ai le sentiment d’avoir beaucoup avancé. Le projet se concrétise et j’aime ce que je fais. Je suis autonome, utile et fière de porter ma petite entreprise. Je suis consciente de mes nouvelles responsabilités, mais je suis confiante.

Selon vous, pourquoi le projet pilote a-t-il  sélectionné votre projet ?

Je pense que les membres du Comité de sélection ont cru en mon projet et en moi. Aussi, je leur ai expliqué que je souhaitais recruter des candidats à la migration, dont mon frère. Je sais qu’une vie digne est possible ici, et pas certaine ailleurs.

La création d’entreprise a-t-elle été un choix ou l’unique solution ?

C’est vrai que je ne trouvais pas de travail et que c’était très difficile à vivre. Créer ma propre entreprise s’est imposé à moi, et j’en suis très heureuse. Pour rien au monde je n’abandonnerai.

Le projet pilote soutient 91 projets de réinsertion sur 4 gouvernorats, dont 22 dans le celui de Mahdia. Parmi ces projets, figurent 5 portés par la communauté de réinsertion, comme celui de Marwa Ben Hassine, 19 projets individuels de réinsertion et un projet  conjointement réalisé par deux migrants de retour.

Les projets soutenus couvrent plusieurs secteurs d’activité : tourisme, agriculture et élevage, agroalimentaires et promotion des produits locaux, loisirs…).

Marwa Ben Hassine
Le Gouverneur de Mahdia, les partenaires institutionnels du Projet Pilote, l’équipe du projet au sein de l’OFII, les partenaires locaux du projet et les migrants de retour qui seront appuyés par le Projet Pilote. Avril 2018