Le projet Lemma a réalisé un voyage d’études et d’échanges entre pairs en Pologne du 7 au 11 octobre 2018. Ce voyage, organisé en partenariat avec les autorités polonaises et le projet JEMPAS, piloté par l’ICMPD (Centre international pour le développement des politiques migratoires) qui vise à appuyer le partenariat pour la mobilité entre l’Union Européenne et la Jordanie.

L’évènement a distingué deux temps. Le premier dédié à la présentation aux autorités tunisiennes et jordaniennes des politiques publiques et mécanismes mis en place par la Pologne au profit de sa diaspora. Le second, sous forme d’un atelier de partage d’expériences, entre les trois pays (Jordanie, Pologne, Tunisie), en matière de mobilisation de la diaspora.

L’ensemble des partenaires tunisiens du projet Lemma ont pris part à la visite d’étude : le  Ministère des Affaires sociales, le Secrétariat d’État chargé de la Migration et des Tunisiens à l’étranger, la Direction Générale de la Coopération Internationale en matière de Migrations, la Direction Générale de la Planification et du Suivi, l’Observatoire Nationale de la Migration, l’Office des Tunisiens à l’Etranger (OTE), le Ministère de la Formation professionnelle et de l’emploi, le Bureau de l’émigration et de la main d’œuvre étrangère (BEMOE), l’Agence Nationale de l’Emploi et du Travail Indépendant (ANETI), le Ministère du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale, l’Agence Tunisienne de Coopération Technique (ATCT) et la société civile représentée par l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens (UGTT) et Euromed Droits.

Mobilisation de la diaspora, l’exemple polonais.

Le voyage d’études a permis, grâce aux interventions des partenaires polonais (notamment, ministère de l’intérieur et ministère des affaires étrangères polonais) de mieux comprendre l’approche du gouvernement polonais en faveur de sa diaspora.

Le nombre de personnes originaires de Pologne dans le monde se situe entre 18 et 28 millions (10 M aux USA) répartis sur tous les continents de la planète. De nombreuses polonais ont été victimes de déplacements forcés (notamment dans les pays de l’URSS). Un dispositif public (carte des polonais) a été mise en place pour faciliter leur retour.  La diaspora constitue donc, un enjeu politique important. La diaspora est envisagée comme un partenaire important, en termes de représentation de la Pologne à l’étranger, dans les relations qu’entretient la Pologne avec les pays de résidence des Polonais et un allié précieux dans les négociations avec des États-tiers.

Quelques éléments du dispositif institutionnel polonais en faveur de la diaspora :

  • La constitution polonaise garantit la protection des minorités polonaises à l’étranger.
  • Les consulats ont pour rôle de renforcer le lien avec les polonais à l’étranger et de défendre leurs intérêts.
  • Le Sénat dispose de prérogatives importantes et de moyens importants pour financer des projets portés par les acteurs de la diaspora.
  • Le ministère de affaires étrangères assure la coordination générale de la politique de mobilisation de la diaspora et, notamment, d’une Commission interministérielle en charge des Polonais de l’étranger.

La politique polonaise d’engagement de sa diaspora distingue notamment :

  • Un Programme gouvernemental (2015-2020) dédié à la diaspora. Il est axé sur la culture et l’identité polonaises, notamment à travers, l’apprentissage du polonais (Budget dédié de 100 MUSD, alloué au ministère de l’éducation) et le co-financement d’une chaine de télévision bilingue anglais et polonais accessible partout dans le monde. Quatre catégories d’écoles bénéficient du cofinancement du ministère de l’Éducation Nationale : les écoles publiques à l’étranger, les écoles gérées par des associations polonaises, les écoles étrangères qui enseignent le polonais et les missions catholiques.
  • La carte d’identité des ressortissants polonais à l’étranger : une loi de 2007, amendée en 2017, définit le cadre juridique de son attribution aux polonais de l’étranger, en particulier au sein de quelques pays de l’Est. Elle permet aux Polonais, qui en bénéficient, d’accéder à des avantages fiscaux, sociaux et économiques (allocation financière en cas de retour permanent). En 2017, on recensait 32 000 demandeurs, résidant pour l’essentiel en Biélorussie et en Ukraine. Il est possible de demander la nationalité polonaise un an après l’obtention de cette carte.
  • Un dispositif d’aide au retour et réinsertion des Polonais de l’étranger : structures d’appui et soutien matériel à la réinsertion.

Toute l’équipe de Lemma et les partenaires tunisiens du projet, souhaitent réitérer l’expression de leur gratitude à la délégation polonaise pour son chaleureux accueil et la grande qualité des échanges.