La réinsertion après le retour au pays d’origine soulève des problématiques différentes en fonction des raisons et des intentions de la migration, mais également des modalités du retour. La distinction entre les migrants qui ont choisi de rentrer au pays et ceux ayant été contraints au retour est importante pour la compréhension de leurs modes de réintégration socioprofessionnelle en Tunisie.

Dans ce contexte, la composante 3 du projet Lemma, dédiée à la réinsertion des migrants tunisiens de retour, a entrepris la réalisation de modules de formation destinés à renforcer les capacités de 21 associations tunisiennes, spécialisées dans l’économie sociale et solidaire, dans la mise en place d’actions en faveur de la réinsertion de tunisiens de retour.

Ces modules visent à transmettre, aux associations participantes, une meilleure connaissance des enjeux liés à la migration de retour et pour les initier à un accompagnement différencié selon les différents profils des migrants de retour. Ils serviront d’appui l’émergence d’initiatives originales en matière d’accompagnement à la réinsertion des migrants. A l’issue de programme de formation, trois initiatives seront sélectionnées pour leur pertinence et chacune d’entre-elle bénéficiera d’une dotation à sa réalisation de 4 000 €.

Formation de 21 associations tunisiennesFormation de 21 associations tunisiennes

 

Durant le premier module (30 novembre et 1er décembre 2018, Hôtel Sidi Dhrif), les participants ont été guidés par M. Mehdi Baccouche, co-fondateur de l’association tunisienne SHANTI, dans la formalisation de profils de migrants de retour. A travers des travaux de groupe, les participants se sont appuyés de « la carte d’empathie » pour définir des profils sur la base de plusieurs critères, notamment : caractéristiques socio-démographiques (son genre, son âge, sa situation familiale, son activité professionnelle actuelle ou passée, ses aspirations et ses motivations, ses craintes et ses attentes par rapport au retour, etc.).

Une carte d’empathie réalisée par un groupe d'associations lors de la formation.
Une carte d’empathie réalisée par un groupe d’associations lors de la formation.

Dans une seconde étape, l’environnement institutionnel du retour et de la réinsertion a été précisé afin que les participants puissent déterminer le positionnement de leur association en lien avec la thématique. Il s’agissait de définir leur valeur ajoutée en termes de compétences, d’expériences, d’approche, de ressources (matérielles et humaines) et de réseaux.

Enfin, le module s’est concentré sur la formalisation d’une initiative qui pourrait être soutenue par Lemma. Les participants ont affiné leur positionnement en réfléchissant sur des initiatives en lien avec les motivations de la migration, y compris par voie non légale.

De G à D : Manal Chlibi et Hérinirina Fanevamampiandra
De G à D : Manal Chlibi et Hérinirina Fanevamampiandra

« Une formation au contenu riche et qui nous a permis de connaitre d’autres associations et d’élargir notre réseau ».

Manal Chlibi, Chargée des relations extérieures de l’association « Génération contre la marginalisation », association qui oeuvre dans le champ des femmes et des enfants victimes de violence, la promotion culturelle, l’éducation et la citoyenneté

« Nous avons pu apprendre sur le thème de la migration, en particulier sur le retour et la réinsertion. C’est un sujet d’actualité qui nécessite beaucoup de sensibilisation, de réseautage et de plaidoyer. »

Hérinirina Fanevamampiandra, membre de l’association Inospis connue pour son projet « Bibliothèque humaine » contre les préjugés et la discrimination, porté en partenariat avec l’association l’Art Rue.

 

Le témoignage de Hamadi Jeljeli, Président de l’association Créativité et Création pour le Développement et l’embauche (CCDE) a clôturé la formation. Son association bénéficie du soutien de Lemma pour la mise en œuvre d’un plan d’accompagnement à la réinsertion des migrants tunisiens de retour de la région de ras Jebel (Bizerte). Son témoignage, riche et précieux, a permis d’éclairer les participants sur les enjeux de son initiative, sur la méthodologie déployée pour offrir aux migrants les possibilités de réinsertion. Il a illustré son propos avec les premiers résultats enregistrés. Découvrez son témoignage.

De G à D: Hélène Hamouda, Experte long terme Lemma, en charge de la composante migration de retour, Hamadi Jeljeli, Président de l’association Créativité et Création pour le Développement et l’embauche (CCDE) et Marianne Poche, experte court terme associée au projet de formation des associations tunisiennes à l'accompagnement de la réinsertion des migrants de retour en Tunisie.
De gauche à droite : Lors de la formation, un membre de l’association, Hélène Hamouda, Experte long terme Lemma, en charge de la composante migration de retour, Hamadi Jeljeli, Président de l’association Créativité et Création pour le Développement et l’embauche (CCDE) et Marianne Poche, experte court terme associée au projet de formation des associations tunisiennes à l’accompagnement de la réinsertion des migrants de retour en Tunisie.