À Sidi Bouzid, des solutions contre l’exclusion des migrants de retour.

Dans le cadre du projet Lemma, l’OFII a conduit un travail de sensibilisation de la société civile à la réinsertion des migrants tunisiens de retour. À l’issue de deux ateliers d’écriture, trois petites subventions ont été accordées aux associations qui proposaient les meilleurs projets visant à leur apporter du soutien.

projet de réinsertion des migrants de retour financé par Lemma, "Integrini". Cebbala, Sidi Bouzid.
Hichem Amri, président d’APDES Smart Solutions (à gauche), avec des membres du bureau

 

L’OFII a rendu visite à l’une des lauréates, l’Association Smart Solutions pour la planification du développement et l’équilibre social (APDES). Son projet concerne une délégation de Sidi Bouzid (Cebbala) et une délégation de Kasserine (Sbeitla) qui présentent le même fond de population (les Ouled Asker) et le même profil migratoire. Cette zone géographique est connue par les vagues de migration irrégulière vers l’Europe. De nombreux jeunes disparus en mer en sont originaires.

projet de réinsertion des migrants de retour financé par Lemma, "Integrini". Cebbala, Sidi Bouzid.
Des Tunisiens de retour venus témoigner et s’informer.

Le projet INTEGR’INI (Intègre-moi !) consiste à libérer la parole des personnes qui sont rentrées d’Europe en dehors de tout dispositif d’accompagnement, souvent malgré elles. Il s’agit aussi d’écouter leur entourage. L’objectif, c’est de sortir les intéressés de la honte et du climat de réprobation qui les paralysent ou les poussent à repartir.
À la demande d’APDES, l’OFII explique les voies légales d’émigration et le fonctionnement des dispositifs d’aide à la réinsertion, devant des élus locaux, des responsables de services publics
et des militants de la société civile.

projet de réinsertion des migrants de retour financé par Lemma, "Integrini". Cebbala, Sidi Bouzid.
À la demande d’APDES, l’OFII explique les voies légales d’émigration et le fonctionnement des dispositifs d’aide à la réinsertion, devant des élus locaux, des responsables de services publics et des militants de la société civile.

projet de réinsertion des migrants de retour financé par Lemma, "Integrini". Cebbala, Sidi Bouzid.

APDES utilise une approche participative pour aider ces jeunes à s’adapter à leur environnement, afin de favoriser leur réinsertion. L’association leur apporte une assistance socio-psychologique et dialogue avec leurs familles désemparées car il est primordial d’améliorer l’attitude de l’entourage. Grâce à la subvention, APDES va créer un espace d’écoute et d’échange d’informations entre les migrants de retour et les différentes administrations susceptibles de jouer un rôle dans la réinsertion.

projet de réinsertion des migrants de retour financé par Lemma, "Integrini". Cebbala, Sidi Bouzid.

« Les jeunes sans papiers qui finissent par être expulsés d’Europe éprouvent les plus grandes difficultés à recommencer leur vie en Tunisie. Ils sont face à des problèmes d’ordre psychologique, familial et économique. Cela se traduit par la solitude, qui peut mener à la consommation excessive d’alcool et de drogue, et même à la violence. » explique Hichem El Amri, le président d’APDES.
Avec ses partenaires (délégation régionale de l’Office des Tunisiens à l’étranger ; direction régionale des affaires sociales ; Centre de formation professionnelle de Sidi Bouzid ; Jeune chambre internationale de Sbeitla (JCI) ; Association de santé mentale), APDES est décidée à lutter contre les dangers qui menacent la cohésion de la société locale.